Gyan Panchal : Rompre l’orbe

Du 7 octobre 2017 au 17 décembre 2017 / Musée Départemental d’Art Contemporain - Rochechouart

Le Musée de Rochechouart est heureux d’annoncer la nouvelle exposition personnelle de l’artiste Gyan Panchal. Influencé par l’architecture du Musée, Gyan Panchal s’empare du dernier étage du château pour présenter une sélection de ses derniers travaux produits à cette occasion.L’exposition rompre l’orbe ouvre un nouveau chapitre de sa réflexion. Depuis la recherche sculpturale très processuelle entamée il y a une dizaine d’années à partir de matériaux synthétiques comme les polymères, son travail semble se situer aujourd’hui à la lisière entre l’humain et le non humain, entre l’organique et l’inorganique, entre l’être et la chose.

Procédant par collectes dans le paysage, Gyan Panchal s’intéresse avant tout aux objets façonnés par l’homme. Ces objets utilitaires, abandonnés, deviennent ses matériaux de prédilection. Silo, bouée, planche, canoë… sont ainsi réinvestis tantôt par recouvrement ou par soustraction de matières synthétiques et naturelles.

La valeur d’usage, sans totalement disparaitre au regard, se superpose aux altérations du temps. Gyan Panchal a choisi d’être sculpteur mais son travail, pourrait tout autant rejoindre celui du peintre en cela qu’il révèle une certaine picturalité de la matière.

Rompre l’orbe témoigne d’une grammaire de geste face à cette matière : agencer, dédoubler soustraire, poncer. Par cette série d’interventions simples, Gyan Panchal produit une sculpture fragmentée et ouverte afin d’en révéler l’intériorité et la vibration.

Les œuvres acquièrent une dimension hors-temps. Elles créent, dans l’espace d’exposition, la sensation de corps flottants, en attente, aux reflets opalescents propres à troubler au premier regard un peu plus leur nature.

Cette réflexion d’Henri Focillon dans l’éloge de la main (1934) prend ici toute sa force.

A mesure que l’accident définit sa forme dans les hasards de la matière, à mesure que la main exploite ce désastre, l’esprit s’éveille à son tour. Cet aménagement d’un monde chaotique tire ses effets les plus surprenants de matières apparemment peu faites pour l’art et d’outils improvisés, de débris, de déchets, dont l’usure ou la fracture offrent des ressources singulières.

Rompre l’orbe est un paysage en suspension, une série d’apparitions et de répétitions, d’équilibres et d’instabilités, un monde à la fois fini et ouvert.

Gyan Panchal est né en 1973, il vit et travaille à Eymoutiers. Son travail a notamment fait l’objet d’expositions personnelles en France à la galerie Edouard Manet (Gennevilliers), au Palais de Tokyo (Paris), à la Maison des Arts Georges Pompidou (Cajarc). Les œuvres de Gyan Panchal sont également présentent dans les collections du Centre Pompidou, du Centre national des arts plastiques, du Musée d’art moderne de la Ville de Paris et du FRAC Ile de France. Gyan Panchal est représenté par la galerie Marcelle Alix, Paris.

Renseignements

Accessibilité handicapés


Horaire :
> Du 1er mars au 1er octobre :
Tous les jours (sauf mardi) : 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00
> Du 1er octobre au 15 décembre :
Tous les jours (sauf mardi) : 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h00
> Fermé du 1er décembre au 1er mars.

Tarifs :
> 4,60 € (normal)
> 3 € (groupe au-delà de 10 personnes)
> 4 € et 2.30 € (scolaires département Haute-Vienne)
> Gratuit (-18 ans et le 1er dimanche de chaque mois)


Musée Départemental d’Art Contemporain
Place du Château
87600 Rochechouart

Tél. : 05 55 03 77 77
Mél : contact.musee@cg87.fr
Site : www.musee-rochechouart.com

Localisation

Musée Départemental d'Art Contemporain, Place du Château 87600 Rochechouart
Latitude : 45.8218113 / Longitude : 0.8197763

Evénement dans le cadre de...

Programmation Musée Départemental d’Art Contemporain de Rochechouart 2017/2018

Le musée départemental d’art contemporain de Rochechouart, département de la Haute-Vienne, expose une collection exceptionnelle de plus de 250 œuvres artistiques représentées dans les plus grands musées d’Europe. Le Musée est accueilli par le château de Rochechouart créant ainsi un parallèle entre l’art (...)